Visite virtuelle au muséum d’histoire naturelle de Bordeaux

Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
VR Interactive s’est rendu au Muséum d’histoire naturelle de Bordeaux afin de réaliser des prises de vues pour restituer une visite virtuelle de l’exposition « Afrique, savane sauvage ». Quels avantages pour un musée de montrer une exposition virtuelle ? Quand réaliser une visite virtuelle d’une exposition et pourquoi ? Nous allons explorer des éléments de réponse.

Dernère modification le 26 octobre 2020

Le confinement de 2020 n’a pas fait du bien à la culture

Le « grand confinement » de 2020 de mi-mars à début mai a paralysé et pénalisé tous les lieux qui accueillent du public. A la fin du mois de juin 2020, le Muséum de Bordeaux n’est pas encore ouvert tous les jours. Il n’est accessible au public que les mercredi, samedi et dimanche de 10h30 à 18h.

Virtualiser les lieux pour les rendre accessibles

Dans ce contexte, la direction du Muséum de Bordeaux a décidé de proposer une visite virtuelle pour son exposition temporaire « Afrique, savane sauvage » dont le lancement s’était fait au début du mois de février.

Affiche Afrique savane sauvage

J’ai donc eu le grand privilège de pouvoir déambuler dans les salles du Muséum complètement vides, accompagné d’un guide personnel.

Après avoir fait un tour complet des salles du musée, nous descendons à l’étage inférieur où se trouve la salle des expositions temporaires.

 

La salle de l’exposition « Afrique savane sauvage »

Plan de l'exposition Afrique, savane sauvage
Plan de l’exposition Afrique, savane sauvage

Cette salle accueille depuis février 2020 l’exposition « Afrique, savane sauvage ». Elle fait un peu plus de 250m² de surface. On y trouve un grand nombre de spécimens du continent africain et beaucoup d’explications sur les animaux et leur environnement.

L’estrade centrale est impressionnante. Un lion majestueux y trône entouré de nombreuses espèces allant du Rhinocéros au Zèbre en passant par le gnou. On y trouve aussi beaucoup d’espèces moins connues comme le Dik-dik de Kirk, le bontebok, la grue de paradis ou encore le grand indicateur, un tout petit oiseau au sifflement très particulier…

 

Le grand indicateur
Le grand indicateur

 

Une exposition virtuelle pour séduire les visiteurs du musée

Nous en parlions dans cet article, le numérique augmente la fréquentation des musées. Virtualiser une exposition ne permettra jamais de montrer l’ensemble des spécimens ou des œuvres qui sont exposés. Le premier intérêt est de susciter l’envie. Il faut proposer une vision de l’ensemble sans avoir accès au détail.

 

Une visite virtuelle pour attirer un autre public

Une visite virtuelle permet d’avoir un premier contact avec l’univers du musée. L’utilisation des réseaux sociaux permet de toucher un public différent. Le format html de la visite virtuelle permet d’en faire la publicité sur les réseaux sociaux et de partager l’information. Facebook permet même de partager une image 360… Tout est fait pour séduire un public plus jeune.

 

Virtualiser une exposition pour amener des contenus multimédias additionnels.

Nyala
Nyala

Tout d’abord, il y a une bande son qui accompagne les visiteurs. Nous voici immergé dans la savane grâce à l’audio qui est particulièrement dépaysant.

Les responsables du musée ont ensuite choisi quelques spécimens pour réaliser des focus. Les animaux suivants font l’objet d’une attention particulière pour cette visite virtuelle :

  • Le gnou bleu avec une vidéo sur la migration des gnous.
  • La Péloméduse roussâtre, une petite tortue (photo et texte)
  • Le Jacana à pointe dorée (photo et texte)
  • Le phacochère (vidéo)
  • La hyène tacheté et son fameux cri (photo + audio)
  • Le Rhinocéros noir, Kata-Kata (audio et vidéo)
  • Le grand indicateur (photo et audio)
  • La vipère rhinocéros (photo et texte)
  • Les termites (vidéo et texte)
  • L’hippotrague noir (photo et texte)
  • Le suricate (photo, texte et vidéo)
  • Le Daman du cap (photo et texte)
  • Les tisserins gendarmes (vidéo)
  • La grue de paradis (photo et texte)
  • Le Dik-dik de Kirk (photo et texte)
Le phacochère
Le phacochère

L’ensemble de ces contenus sont interactifs et contribuent à l’expérience derrière son écran.

Cependant et vous l’aurez compris, ils ne représentent qu’une toute petite partie des spécimens qu’on trouve sur place. Beaucoup d’autres restent à voir sur place.

 

Garder une trace des exposition temporaires et proposer des visites guidées

Une fois réalisée, la visite virtuelle interactive permet au musée de garder un historique des expositions. Il est également possible de rendre une visite automatique afin de la montrer sur des écrans.

 

Un historique des expositions

Un des objectifs des musées est la conservation des œuvres. Rien de plus naturel alors que de conserver virtuellement une exposition temporaire qui sera à terme démontée et proposée dans un autre musée.

 

Automatiser une visite virtuelle

Si l’accès a une exposition représente a un coût supplémentaire pour le visiteur, automatiser un parcours de visite peut lui donner l’envie de prendre son billet. Installer aux caisses un écran diffusant le parcours automatisé de la visite pourra certainement convaincre de l’intérêt d’aller payer un supplément.

 

Visiter l’exposition virtuelle « Afrique, savane sauvage »

Lion
Lion

Pour finir où se rendre sur internet pour voir l’exposition virtuelle « Afrique, savane sauvage » proposée par le muséum de Bordeaux ?

Il vous suffit de vous rendre directement à cette adresse : https://savane.museum-bordeaux.fr

Pensez à monter le son de vos enceintes !